29 mars 2014 ~ 2 Commentaires

« La Coin-Coin »

la coin-coin

 

La Coin-Coin, La Bouboule (dite Ana masse Riyadh… et bien d ‘autres!) et sa moule sauvées par la Reine des Gorets

 

 

 

 

Bouboule, ainsi nommée car mise en cloque par autant de maris provisoires  

que progéniture pouvait avoir

décida squatter salon chez la boulangère, sa voisine

Pour y fomenter sa petite cuisine.

De salon, elle-même n’ ayant point

s’installa chez la Coin-Coin.

L’ histoire ne dit point

si la propriétaire de l’ édifice

de cette expropriation

eut ou non confirmation

ou si elle fut expulsée d ‘office!

Se retrouvant dans le besoin

elle trouva refuge dans un coin-coin.

Furieuse que le salon public fisse fi de sa faconde

jugée par beaucoup trop orientale,

Bouboule se servit de sa scierie natale

pour faire scier tout le monde.

Mais comment dans son salon faire venir le public 

sinon en sabotant lesdits salons publics?

Connaissant bien quelques gredins 

à sa solde pour un bout de pain,

s’ entoura d ‘un sinistre aréopage

de sombres démolisseurs

qui sans foi ni loi, ni sens de l’ honneur,

telle une cohorte de voyous supplétifs,

s’ employèrent à détruire les salons collectifs

pour  y déloger leurs utilisateurs,

et par la volonté d’ un vulgaire maréchal des logis

faire d’ eux des sans logis

contraints de supplier Bouboule

de leur accorder asile,

se voyant chassés de leur domicile,

à condition de lui brouter la moule!

Moule plus de première fraicheur

ayant fêté hier son millième visiteur…

Une autre Moule (d’ air) l’ a bien aidée dans son odieuse machination!

Mais toute limite se franchit aisément quand on entre en trahison

comme on entre en religion.

Bouboule abandonnée par son dernier péquin

parti fort à propos pour Pékin,

tout à sa rancœur

de ne point trouver l’ âme sœur  

pour assumer sa marmaille

qui  sans surveillance se chamaille

fut ravie de voir arriver la piétaille

des sans logis

venant chercher abri.

Voyant s’ ouvrir devant elle de nouveaux horizons

se prit trop vite pour Madame de Maintenon.

Obligée de choyer les gredins

à qui elle devait allégeance,  

la fréquentation de cette engeance

en découragea plus d ‘un

sans compter avec l’ esprit de vengeance

des délogés envers leurs malfaiteurs

auxquels ils rêvaient faire passer un sale quart d ‘heure! 

La méthode utilisée  étant par ailleurs outrageusement déloyale

tout homme d ‘honneur ne put y donner son aval.

Ainsi donc le salon coin-coin resta-t-il fréquenté par ses seuls habitués

malgré tous les efforts  déployés par les gredins patentés!

La Bouboule n’ acceptant pas ce revers

décida de remplir son salon avec les plus pervers:

ne redoutant point la vilénie

la Reine des Gorets fit venir en salon.

Reine toutes catégories de la médisance, de la calomnie,

du mensonge, de la bassesse, de la méchanceté pure et de la trahison.

Candidate Bleu  Marine

s’ appuyant toutefois sur une moudjahidine

là où seule la méchanceté compte

les clivages politiques s ‘ estompent.

La Bouboule put enfin remplir son salon de gredins,

de bandits de grand chemin,

de malfaisantes

de médisantes

et  répandre l’ infâme venin 

de la trahison.

Pauvre Coin-Coin 

qui avait à l’ origine créé un coin sympathique.

C’ est devenu, sans qu’ elle s ‘ en aperçoive,un coin-coin

aussi puant que des petits coins qu’ on néglige! 

 

Moralité:

Partout où on laisse entrer la Reine des Gorets 

l’ immoralité la plus totale

s ‘ installe.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

2 Réponses à “« La Coin-Coin »”

  1. Papi Requin Notre 2 avril 2014 à 19 h 13 min

    Excellent tes textes Bélier ! Continue !
    Tipa

  2. Bien tourné, merci


Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Story Of Her LIfe |
histoirespourrire |
Simple Plans In forex revie... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | dinard2014
| Les Burnes Du Net
| Taynoelorc